Ithaque

 

Bonjour mes amis.

Hier j’ai assisté à une soirée musicale et poétique organisée par la Communauté Grecque de Nice. Ceci m’a donné l’envie de partager avec vous un poème de Constantin Cavafy, un des plus grands poètes de la Grèce moderne.

Voici la traduction en français de ce poème :

 

laquonbspulysse-deacutefiant-cyclopesnbspraquo-zeinberger-heacuteros-va-t-il-enfin-rentrer-chez-luinbsp-598173-616x380

 

Ithaque

Quand tu prendras le chemin d’Ithaque,

souhaite que la route soit longue,

pleine d’aventures, pleine d’enseignements.

Les Lestrygons et les Cyclopes,

ne les crains pas, ni la colère de Poséidon,

jamais tu ne trouveras rien de tel sur ton chemin,

si ta pensée reste élevée, si une émotion rare

étreint ton esprit et ton corps.

Les Lestrygons et les Cyclopes,

tu ne les rencontreras pas, ni l’irascible Poséidon,

si tu ne les transportes pas dans ton âme,

si ton âme ne les fait surgir devant toi.

 

Souhaite que la route soit longue.

Que nombreux soient les matins d’été

où – avec quel plaisir et quelle joie ! –

tu découvriras des ports que tu n’as jamais vus ;

arrête-toi dans les comptoirs phéniciens

pour te procurer de précieuses marchandises,

ambre, corail, ébène, nacre,

et capiteux parfums de toutes sortes,

le plus que tu pourras de capiteux parfums ;

visite aussi beaucoup de villes égyptiennes,

et n’aie de cesse de t’instruire auprès

de ceux qui savent.

 

Garde toujours Ithaque présente à ton esprit.

Y parvenir est ta destination finale.

Mais ne te hâte surtout pas dans ton voyage.

Mieux vaut le prolonger pendant des années ;

et n’aborder dans l’île que dans ta vieillesse,

riche de ce que tu auras gagné en chemin,

sans attendre d’Ithaque aucun autre bienfait.

 

Ithaque t’a offert ce beau voyage.

Sans elle, tu n’aurais pas pris la route.

Elle n’a rien de plus à t’apporter.

 

Et même si elle est pauvre, Ithaque ne t’a pas trompé.

Sage comme tu l’es, avec une expérience pareille,

Tu as sûrement déjà compris ce que les Ithaques signifient.

 

Alexandros Hatzis chante le fameux  poème of Constantin Cavafy « Ithaque ».

 

 

A travers sa poésie, Cavafy nous dévoile des secrets pour accomplir nos vocations :

Imagine qu’Ithaque est ta destination et que tu es Ulysse.

–          Ne sois pas pressé d’arriver à destination. Garde toujours au cœur l’idée de ton Ithaque. Tu dois l’atteindre, c’est ton destin, mais ne force pas la traversée. Apprécie le cheminement plein de découvertes qui t’amènera à ta destination finale.

–          Rien ne peut t’empêcher d’atteindre ta destination à part tes peurs et les angoisses que ton esprit nourrit. Veille à ce que ta motivation soit plus forte et plus vivante que la peur de ne pas y arriver.

–          Une fois arrivé à la destination, réjouis-toi, tu y es parvenu grâce à ta persévérance et ton cheminement de tous les jours.

–          Sois reconnaissant car ce voyage t’a beaucoup plus enrichi que l’arrivée.

–          Sache ensuite emprunter de nouveaux chemins vers de nouvelles destinations.

 

Sans ce long voyage, Ulysse ne serait pas Ulysse et « l’Odyssée » serait vide de sens. C’est le voyage qui définit le personnage.

Quelle est ton Ithaque ? A quelle étape de ton Odyssée es-tu ? Quels sont tes astuces pour rendre ce voyage agréable ? Sens-toi libre de me faire part de tes réponses et de tes impressions ci-dessus.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *